Qatar 2022:l’Argentine coule face à l’Arabie Saoudite

Joame Baptisné

Annoncée comme favorite, l’Albiceleste a chuté d’entrée (1-2) face à une surprenante équipe saoudienne dirigée par le français Hervé Renard. L’Argentine a été surprise par l’Arabie Saoudite (1-2), lors de son premier match du Mondial 2022. Invaincus depuis 36 matches, les argentins, qui avaient ouvert le score grâce à Lionel Messi et ont vu trois buts refusés pour hors-jeu, ont chuté face aux arabes qui s’offrent une victoire aussi sensationnelle qu’historique.

Véritable séisme! Un premier coup de tonnerre de cette Coupe du monde 2022. Annoncée comme l’un des favoris de la compétition, l’Argentine chute d’entrée face à l’Arabie saoudite, qui servait souvent de faire-valoir lors des précédents Mondiaux.

Malgré une entame convaincante et un pénalty rapidement inscrit par Lionel Messi, les joueurs d’Hervé Renard ont su faire le dos rond et résister aux assauts argentins en jouant notamment le hors-jeu de manière fine. Lautaro Martinez a notamment cru inscrire un doublé, mais l’attaquant de l’Inter Milan est à chaque fois parti avec un temps d’avance sur les défenseurs adverses.

Messi et les siens en grand danger
Le coup de massue est terrible pour les Argentins, qui avaient de nombreux espoirs avant d’entamer cette Coupe du monde. Lionel Scaloni a tenté de revenir dans le match avec de nombreux changements et les entrées de Julian Alvarez et d’Enzo Fernandez, deux jeunes joueurs prometteurs. Mais la jeunesse argentine n’est pas parvenue à renverser la folie saoudienne, qui a su tenir l’avantage jusqu’au bout du temps additionnel. Mis à contribution à plusieurs reprises, le gardien Mohammed al-Owais n’a pas tremblé sur ses interventions.

Avec ses 36 matchs d’invincibilité et aucune défaite depuis 2019, l’Albiceleste avait des arguments avant de jouer sur le papier l’équipe la plus modeste de ce groupe C, où l’on retrouve aussi le Mexique et la Pologne qui s’affronteront un peu plus tard.

L’Argentine est déjà dans de beaux draps. L’équipe de Lionel Scaloni, sortie par l’équipe de France en huitième de finale il y a quatre ans, s’est mise d’emblée en danger en concédant un résultat que personne n’avait vu venir.

L’Organisme « ImmiGrand » dénonce la déportation massive des Haïtiens en République Dominicaine

Joame Baptisné

La structure « ImmiGrand » basée au Canada condamne avec véhémence le traitement abusif et la déportation massive des Haïtiens de la République Dominicaine. Dans une note parue ce 16 Novembre 2022, l’organisme de défense de droits humains exprime sa préoccupation face à la violation systématique des droits des migrants haïtiens en territoire voisin.

« ImmiGrand » organisme se trouvant au Canada, dénonce à travers cette note les abus préoccupants de droits des haïtiens en République voisine. La structure déplore que ces derniers mois la multiplication des déportations des ressortissants haïtiens accompagnées quelques fois de brutalités policières se soit multipliée en dépit de la crise aigüe qui sévit en Haïti.

 » Des images choquantes d’haïtiens battus et parfois ligotés par des agents des forces de l’ordre dominicaines au moment de leur arrestation sont devenues virales sur les réseaux sociaux », a condamné la structure.

ImmiGrand indexe également les cas de femmes enceintes arrachées á leur lit d’accouchement et de mineurs qui ont été traqués comme des bêtes sauvages avant d’être déportés.

ImmiGrand rappelle que les droits humains sont universels et que toute personne doit être traitée avec respect et dignité partout à travers le monde.

L’organisme appelle donc la communauté internationale à se pencher sur ses actes illégaux et invite l’État Haïtien à trouver un issu favorable à la crise et à améliorer les conditions de vie de la population afin de lui permettre de vivre paisiblement dans son pays.

Haiti:Ulrika Richardson de l’ONU visite des malades du choléra

Par Naldo Jean

La plus haute responsable humanitaire des Nations Unies en Haïti, Ulrika Richardson a visité ce mardi 25 octobre 2022 un certain nombre de centres de traitement du choléra à Port-au-Prince, où elle a rencontré du personnel médical traitant des patients atteints de la maladie.

Cette visite a été réalisée dans les quartiers les plus touchés de Port-au-Prince. Dans un communiqué des nations unies, Ulrika Richardson dit avoir vu des scènes déchirantes dont « des enfants qui étaient si mal nourris qu’il était difficile d’insérer une perfusion dans leurs bras ou leurs jambes. »

Ulrika Richardson salue la détermination et l’engagement des professionnels de la santé qui, selon lui, savent comment prévenir et traiter la maladie. « J’ai vu le personnel frotter continuellement le sol et les surfaces pour s’assurer que la bactérie du choléra ne pouvait pas se propager davantage », dit-elle. « J’ai rencontré de nombreuses personnes inspirantes qui ont incarné ce professionnalisme et qui ont également fait preuve d’humanité et d’une grande empathie envers les patients sous traitement. Beaucoup m’ont dit que les Haïtiens s’unissent pour traverser cette période difficile », ajoute-t-elle.

Ces derniers jours, les autorités sanitaires ont enregistré une augmentation brutale et inquiétante alors que des dispositions ont été prises dès le premier jour de l’épidémie avec l’ONU en Haïti et ses partenaires nationaux et internationaux.

La coordonnatrice se félicite de l’ouverture de 13 centres de traitement du choléra, de la mise en place de points de réhydratation orale dans les communautés difficiles d’accès et de la formation de 300 agents de santé communautaires sur l’épineuse question.

La Coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies en Haïti réitère son engagement de faciliter la réponse des Nations Unies de manière à soutenir efficacement la stratégie de prévention et de traitement du choléra du ministère de la Santé. Elle se donne comme objectif l’éradication du choléra en Haïti.

Les ecrivains haitiens Jean Marie Theodat et Claude Jr Emile au salon du livre afro-canadien

Les professeurs Claude Junior Emile et Jean Marie Théodat de l’UEH, respectivement auteur de l’ouvrage Tourisme et développement durable en Haïti et  Haïti- France .Les chaines de la dette : Le rapport Mackau(1825) sont invités à prendre part à la 5e édition du salon du livre afro-canadien. Au total, une cinquantaine d’auteur(e) s  prendront  part également au SLAC2022.

Ils sont pour la plus part des écrivains et écrivaines   canadien(ne)s d’ascendance africaine et sont  des poètes, poétesses, romanciers, romancières et des chercheurs  connus  du monde académique et universitaire.

 La cinquième édition du salon du livre afro-canadien sera l’occasion pour les responsables  de présenter au public des tables-rondes sur des thématiques diverses comme la colonisation, la dette de l’indépendance haïtienne et l’esclavage. Ces table-rondes seront animées par des auteurs sociologues, historiens et géographes. Le salon sera aussi une activité de réseautage où  auteurs, éditeurs  et lecteurs partageront les mêmes tables en vue d’échanger sur de nombreux sujets.

La coordonnatrice de l’évènement Madame Yanick Duthely,  a révélé aux médias présents dont ARCADINS Multimédia et radio canada, certains noms d’auteurs qui se passent de présentation. Parmi eux, on compte  le sociologue québécois d’origine haïtienne,  Frédéric  Boisrond, l’écrivain- et journaliste  à  France 24, l’Haïtien Robert Philomé . La  5eme  édition du salon du livre afro-canadien réunit également des auteurs canadiens d’ascendance africaine comme  Aristote Kavungu qui est le président d’honneur du SLAC2022 et Madame Djailli Amadou Amal , invitée internationale de cette édition à côté  bien sûr de l’éminent professeur et auteur haïtien, le géographe Jean Marie Théodat.

A noter que cette 5e édition se déroule du 27 au 30 octobre 2022 dans les locaux de la Cité  collégiale  sous  le thème « Explore ton identité «  et a été   lancée le 18 octobre 2020  passé en présence des partenaires Cité  collégiale et le Point d’Accueil Francophone.

Enfin, la  présidente fondatrice de l’institution organisatrice (Mosaïque Interculturelle) de l’évènement, Madame Nicole Jean-Baptiste a lors  de la  conférence de lancement le 18 octobre dernier,  présenté  et remercié  tous ses partenaires qui ont contribué à la réalisation de cette nouvelle  édition. Elle en  a aussi profité pour  faire  l’historicité de l’organisation Mosaïque interculturelle qui travaille depuis cinq bonnes années dans le paysage culturel de l’Ontario.

Publication d’une liste de Centres de Traitement de Choléra par le MSPP

Joame Baptisné

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population a publié, ce vendredi 21 octobre 2022 sur sa page Facebook, une liste de Centres spécialisés dans le traitement de la diarrhée aiguë incluant le Choléra. Ces institutions sanitaires sont situées exclusivement dans le Département de l’Ouest.

Le MSPP veut mettre bouchée double dans la lutte contre l’épidémie du choléra en Haïti. Ainsi, plusieurs centres de traitement sont mis à la disposition de la population pour des prises en charge.

Les institutions listées sont notamment ; Dispensaire Pénitencier National (rue du Centre), Centre de Santé de Solino (Rue Caravelle), Centre de Santé Cité de l’Éternel ( Martissant), Centre de Santé Saint-Michel (Fontamara 29), Centre de Santé Deskayet (Rue Monseigneur Guilloux), Centre Hospitalier Fontaine (Carrefour Duvivier), Hôpital Sainte Marie ( Route Neuf), CTC Oswald Durand/Le Messie (Ave Monseigneur Guilloux et Saint-Honoré), HCR Raoul Pierre Louis ( Impasse Fourreau, Arcachon 32), Hôpital Universitaire La Paix (Delmas 33), Hôpital Nos Petits Frères et Sœurs (Tabarre 27), Centre GESKHIO (Boulevard Harry Truman), GESKHIO IMIS ( Tabarre 41), Fondation Saint Luc ( Tabarre 27), Médecin Sans Frontières Turgeau (Turgeau), Foyer Sainte-Camille (Marin), Médecin Sans Frontières Drouillard (Route Neuf) et l’Hôpital Universitaire de Mirbalais (Mirbalais).

Les personnes présentant des symptômes (diarrhée, vomissement entre autres) s’apparentant au choléra sont invitées à se rendre en urgence dans ces Centres de traitement sus-cités pour des soins que nécessitent leur cas.

Sans surprise, Karim Benzema remporte le Ballon d’Or 2022

Joame Baptisné

Karim Benzema vient de remporter le Ballon d’or 2022 et devient le cinquième français à remporter la distinction. L’attaquant français du Real Madrid, a recu le prix du Ballon d’Or lors de la cérémonie de remise du Ballon d’Or France Football 2022 au Théâtre du Châtelet à Paris, ce 17 octobre 2022.

C’était attendu, c’est désormais officiel ! Karim Benzema vient d’être sacré Ballon d’or (le plus prestigieux des trophées individuels) remis par Zinédine Zidane lui-même. Une victoire qui ne souffrait d’aucune contestation possible alors que KB9 a littéralement porté les Merengue jusqu’aux sacres finaux en Ligue des champions et en Liga la saison écoulée.

« De voir ça devant moi, c’est une fierté. C’était un rêve de gamin comme tous les gamins. J’ai grandi avec ça dans ma tête puis après j’ai eu de la motivation car j’ai eu deux modèles dans ma vie : Zizou et Ronaldo (tous les deux présents au Théâtre du Châtelet). C’est beaucoup de travail, c’est ne rien lâcher, c’est s’entraîner encore plus mais surtout toujours garder ce rêve dans la tête, que tout est possible » a déclaré l’attaquant français après son sacre.

En remportant le trophée, Benzema succède à Lionel Messi. Il a remporté l’élection devant le Sénégalais, Sadio Mané, et le Belge, Kevin De Bruyne.

Benzema, 5e Français sacré

Plus aucun Français n’a remporté la plus prestigieuse des distinctions individuelles depuis Zinédine Zidane en 1998

Plébiscité par les 100 journalistes votants, Karim Benzema devient le 5e Français à remporter le Ballon d’Or. Raymond Kopa avait été récompensé en 1958, soit près de 20 ans avant le triplé de Michel Platini (1983, 1984, 1985). Le Marseillais Jean-Pierre Papin s’ajoutera à la liste en 1991 et verra Zinedine Zidane (1998) lui succéder l’année du Mondial remporté à domicile. A noter qu’aucun pays ne compte plus de 5 vainqueurs différents du Ballon d’Or.

Sans cérémonie aucune, le CSPJ maintient la reprise officielle des activités judiciaires

Joame Baptisné

Comme à l’accoutumée, le premier lundi du mois d’octobre marque la reprise des travaux judiciaires. Pour cette année, il n’y a pas eu de cérémonie en grandes pompes où les grands commis de l’État se réunissent pour faire le bilan de l’année judiciaire écoulée et mettre le cap sur de nouvelles perspectives. Le Conseil Supérieur du pouvoir judiciaire n’a pas manqué l’occasion pour lancer à sa façon l’année judiciaire.

Le CSPJ, réduit à sa plus simple expression, a annoncé officiellement la reprise des travaux judiciaires, tout en appelant les magistrats à la plus extrême prudence, en raison »de cette malencontreuse conjoncture socio-politique.

À l’occasion de la date d’ouverture de l’année judiciaire, le CSPJ rappelle à tous les Juges indistinctement des Tribunaux et Cours de la République que ce lundi 3 octobre 2022 consacre officiellement la reprise des travaux judiciaires, conformément aux dispositions de l’art. 75, alinéa premier, du Décret du 22 aout 1995 relatif à l’organisation judiciaire énoncé de la facon suivante : « L’année judiciaire commence le premier lundi d’octobre pour se terminer le dernier vendredi du mois de juillet ».

La Fédération des Barreaux d’Haïti (FBH) a préalablement rejeté l’invitation du Premier ministre Ariel Henry pour une rencontre sur l’ouverture de l’année judiciaire. D’après la FBH, la forme adoptée par le chef du gouvernement montrait clairement la faiblesse de sa démarche et son manque de volonté.

Par ailleurs, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire dit agir en sa qualité d’organe d’administration du Pouvoir Judiciaire, demandant aux Chefs de juridiction de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la distribution du service public de la Justice dans leurs juridictions respectives.

Néanmoins, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) exhorte chaque Magistrat à faire montre de la prudence la plus extrême, tenant compte de cette malencontreuse conjoncture socio-politique, selon lui, empreinte de violences et d’agitations de toutes sortes.

L’ambassade d’Haïti au Chili rend hommage à Joane Florvil

Par Joame Baptisne

A l’occasion du cinquième anniversaire du décès de la migrante haïtienne Joane Florvil, la mission diplomatique d’Haïti au Chili a salué, hier vendredi 30 septembre 2022, la mémoire de l’Haïtienne décédée dans des conditions entachées de violations flagrantes de droits humains.

« Joane Florvil, 28 ans qui a perdu la vie dans des circonstances que nous regrettons tous au Chili, en 2017, aujourd’hui 30 septembre 2022, une délégation de l’Ambassade de Haïti au Chili est allé se recueillir à l’hôpital Monseigneur Valech. L’hopital où Johanne a passé ses derniers instants avant de mourir », a écrit l’ambassade sur son compte Facebook.

À l’occasion, le directeur de l’hôpital, le Dr. Valentín López Fernandez, a reçu l’Ambassadeur Wedlyne François Pierre et a accompagné la délégation de l’Ambassade lors de cette visite. Le Chef de la mission diplomatique haïtienne en a profité pour visiter la chambre où Joane a rendu son dernier soupir.

Joane Florvil, est morte suite à une commotion cérébrale le 30 septembre 2017. Elle avait été arrêtée le 30 août de la même année par des policiers qui lui infligèrent, selon la presse locale, des coups violents à la tête. Le lendemain matin, elle succombait des suites de ces mauvais traitements.

L’explication fournie par les autorités est qu’elle se serait elle-même cogné la tête contre un mur de la prison et serait morte « de blessures auto-infligées »

Les organisations de migrants et pro-migrants ont promu le 30 septembre comme la Journée contre le racisme au Chili. Une date qui commémore la mort de Joane Florvil.

Âgée de 28 ans, Joane Florvil, vivait à Santiago, au Chili, est décédée alors qu’elle était en garde à vue. Florvil avait été arrêtée plus de quatre semaines plus tôt pour avoir prétendument abandonné son bébé de deux mois devant un bâtiment municipal du quartier Lo Prado de Santiago, où elle était allée signaler le vol d’un sac contenant les papiers d’identité de sa fille.

Incapable de communiquer en espagnol, Florvil a fait signe au garde de surveiller son bébé endormi dans la poussette alors qu’elle allait chercher de l’aide. Pour Florvil, laisser son bébé endormi aux soins du gardien était une pratique sûre et culturellement acceptable. Mais le garde a interprété l’action de Florvil comme un abandon.

Le lendemain, le 30 août 2017, la police chilienne avait arrêté Florvil, l’accusant d’abandon téméraire d’un mineur. Les médias chiliens ont diffusé une photo de l’arrestation de Florvil, la décrivant comme une criminelle et une « mauvaise mère ». Le 31 août, un jour après son arrestation, Florvil a été emmenée à l’hôpital pour être soignée pour un grave traumatisme crânien. La jeune mère est restée à l’hôpital tandis que l’État conservait la garde de son enfant. Un mois après son arrestation, Joane Florvil est décédée.

La mort de Florvil avait déclenché un deuil national, l’indignation et des manifestations menées par plusieurs groupes antiracistes et de défense des droits des immigrés qui considéraient ce qui lui était arrivé comme un crime de haine perpétré par l’État.

Intervention des soldats dominicains à la CODEVI et le silence honteux du gouvernement haitien

La salle des nouvelles

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux, des soldats dominicains ont été remarqués, ce vendredi 30 septembre 2022, sur le territoire haïtien en raison d’un incident survenu la veille à Ouanaminthe. Des tirs sporadiques ont été entendus et cette situation a semé la panique totale. Pour l’heure, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

Un grave incident est survenu, jeudi 29 septembre, dans la zone franche de la Compagnie de Développement Industriel (CODEVI) situé sur la frontalière Ounaminthe / Dajabón. En effet, un groupe d’haïtiens s’est introduit dans la zone pour y semer le trouble. Les protestataires ont pris pour cible les locaux de la CODEVI, a expliqué les responsables dans un communiqué. « Ces personnes ont brusquement fait irruption et ont vandalisé certains de nos dépôts de nourriture, détruisant une partie de nos installations et brisant les vitres de plusieurs bâtiments », ont-ils fait savoir.

Les soldats dominicains ont donc investi les locaux de la CODEVI et ont fait usage d’armes automatiques et de gaz lacrymogènes pour calmer la tension évoluant dans la zone depuis hier. La population de la région affolée, a cherché refuge dans toutes les directions à l’approche des soldats dominicains.

Le cas de Luma Démétrius

Selon des riverains de la zone, la présence des soldats dominicains sur le sol haïtien est due au fait que l’agent intérimaire exécutif de la commune de Ouanamithe, Lumas Démétrius soit impliqué dans un incident. Il s’était rendu en République Dominicaine pour s’approvisionner en carburant afin de pallier la crise qui impacte considérablement le fonctionnement de la DINEPA dans la ville.

Luma Demetrius a emprunté la voie passant par la zone où loge la CODEVI pour rentrer en territoire voisin. Il ne pouvait pas arriver à destination à cause d’une foule stationnée sur le pont faisant obstruction à tout passage. Le premier citoyen de la ville, vraisemblablement, ayant les nerfs à fleur de peau, sans aucune autre forme de procès, a foncé sa véhicule sur la foule et fait plusieurs victimes. La population en colère a riposté en vandalisant tout sur leur passage; des petites entreprises évoluant dans la zone au locaux de la CODEVI.

Les soldats ont donc intervenu en violant l’espace territorial haitien.Aussi paradoxal que cela puisse paraitre,cette violation de l`espace territorial haitien n ‘a provoque aucune reaction du gouvernement de facto,qui depuis lors se cantonne dans une posture silencieuse honteuse.

Cette attitude du gouvernement haitien a provoqué la reaction de nombreux secteurs de la vie nationale, particilierement chez les internautes haitiens.

A noter qu’à la CODEVI, il y a plus de 14.000 haïtiens qui y travaillent.Pour l’instant, les portes du parc restent fermées jusqu’à nouvel ordre, ont informé les responsables.

La Chine plaide en faveur de mesures contre les gangs sévissant en Haïti

Joame Baptisné

Dans son intervention devant le Conseil de sécurité de l’ONU lundi, le représentant chinois Geng Shuang a demandé au BINUH (Bureau intégré des Nations Unies pour Haïti) de remettre au conseil la liste des gangs criminels qui terrorisent la population en Haïti ainsi que les noms de leurs dirigeants afin d’adopter des mesures appropriées.

« Alors que l’attention du monde est fixée sur New York et l’Assemblée générale, la situation d’Haïti va de mal en pis » a déploré l’ambassadeur chinois.

C’est la Chine qui a demandé que cette réunion soit convoquée lundi après-midi pour discuter d’une situation qui suscitait une grande inquiétude non seulement de la part de la Chine mais de tous les membres qui avaient pris la parole au cours de la réunion.

La résolution 2645 du Conseil de sécurité exprime sa volonté de prendre les mesures appropriées, qui peuvent inclure le gel des avoirs ou l’interdiction de voyager de ceux qui soutiennent les actes de violence des gangs, a soutenu la Chine.

« Face à la situation actuelle, le Conseil doit traduire ces paroles en actes. Nous espérons que les États-Unis et le Mexique remettront dans les plus brefs délais un projet de résolution et organiseront des consultations afin que le Conseil puisse prendre une décision sur la question,  » a ajouté le diplomate Shuang.

La Chine se plaint souvent au Conseil de sécurité en dénonçant que toute l’aide de la communauté internationale à Haïti n’a rien rapporté et qu’elle doit repenser sa tactique. Le représentant chinois a déclaré : « Si nous n’arrêtons pas les gangs, Haïti ne connaîtra jamais la paix. »

La cheffe du BINUH, Mme Helen La Lime, a également pris la parole lors de la rencontre, où elle a détaillé la gravité de la situation actuelle en Haïti et les conséquences de la violence des gangs, notamment sur les femmes et les enfants.

Le sous-secrétaire d’État américain aux affaires de l’hémisphère occidental Brian A. Nichols a déclaré que les États-Unis sont prêts à prendre des sanctions contre les gangs.